European way of life

Le Hugo : un cocktail branché venu des Alpes

Marre des sempiternels mojitos et autres caïpirinhas ? Bonne nouvelle, il n’y a pas qu’en Amérique latine qu’on sait faire des cocktails ensoleillés. Exit Cuba ou le Brésil : bienvenue au Sud-Tyrol !

C’est là, dans le Trentin – Haut Adige qu’est apparu en 2005 le Hugo, un cocktail estival qui désaltère une partie de l’Europe, de l’Autriche à la Bavière, en passant par la Suisse.

Vue de Naturno, Trentin- Haut Adige, Italie, photo de PhilippSteiner (CC BY-SA 3.0 via Wikimedia Commons)

Vue de Naturno, Trentin- Haut Adige, Italie, photo de PhilippSteiner (CC BY-SA 3.0 via Wikimedia Commons)

Il aurait été créé par un barman de Naturno, petite localité italienne de 5 000 habitants dans la province de Bolzano. Au San Zeno, bar à cocktails du coin, Roland Gruber voulait proposer à sa clientèle une variante alpine de l’indéboulonnable Spritz. En 2011, sa recette apparaît sur le site Internet du magazine Mixology, dédié à la « Barkultur », dans un article répertoriant les variantes du Spritz au sud du triangle Allemagne – Suisse – Autriche (oui, c’est assez précis). Du Prosecco, un tonique, un sirop de mélisse citronnée, du citron encore, et de la menthe. Un cocktail léger, qu’on sert généralement dans un verre à vin, type verre à Bordeaux ou verre à vins blancs classique.

Hugos classiques, photo de http://www.ristoramagazine.ch/2014/07/quali-cocktail-beviamo-destate-eccone-5-da-non-perdere/ (en italien)

Hugos à la fleur de sureau, photo de http://www.ristoramagazine.ch/2014/07/quali-cocktail-beviamo-destate-eccone-5-da-non-perdere/ (en italien)

Puis, tout va très vite. Le Hugo passe les Alpes. On l’aperçoit à Innsbruck en 2009, puis il se répand dans les bar allemands branchés ; on l’y adapte : à Munich, on remplace le Prosecco par du vin blanc, le sirop de mélisse par un sirop de fleurs de sureau.

Et c’est la consécration, le Spiegel lui dédie un article entier en septembre 2012. La maison Wilms, un importateur de Hesse, qui importe notamment la marque française Teisseire, a vu ses ventes de sirop de fleur de sureau croître de 45 % en 2010.

C’est un vrai phénomène ; en 2011, on en sert jusqu’à 400 par soir dans certaines enseignes munichoises, comme au H’ugo’s Pizza Bar Lounge, bien nommé. Le Hugo n’est pas exigeant, c’est une association à peine sophistiquée d’ingrédients simples ; certains, déçus, ont même tentés de le compliquer au champagne. Mais c’est un cocktail d’amateurs fainéants, parfaitement reproductible chez soi. C’est ce qui fait son succès.

Pourquoi « Hugo » ? « Parce que c’est plus simple qu’Otto » répond Roland Gruber, « AK » de son nom de comptoir. Évidemment.

Tel Aviv Beach, Donaukanal, Vienne, Autriche © Tel Aviv Beach

Tel Aviv Beach, Donaukanal, Vienne, Autriche © Tel Aviv Beach

Mon premier Hugo, c’était au Tel Aviv Beach, au bord du Donaukanal à Vienne (Autriche), cet été. Presque dix ans, et le Hugo n’a pas pris une ride, il est toujours l’apanage des soirées branchées d’Europe Centrale. Je ne l’ai cependant pas encore vu en France !

Retrouvez la recette originale du Hugo by AK sur le site du magazine Mixology et profitez des derniers feux de l’été indien pour expérimenter ce cocktail simple venu des Alpes ! Un « Virgin Hugo » – sans alcool – remplacera aisément les classiques limonades…

La star a même sa propre page Facebook : « Ein Sommerdrink erobert die Welt* » !

*« Une boisson estivale à la conquête du monde » !

 Follow my blog with Bloglovin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

  2 comments for “Le Hugo : un cocktail branché venu des Alpes

  1. Quenon Sylvie
    2 janvier 2016 at 13 h 24 min

    Comment peut on en acheter en belgique?

    • 2 janvier 2016 at 14 h 41 min

      À ma connaissance, il n’est pas encore possible d’acheter le cocktail tout fait ; mais vous pouvez trouver sans problème du Prosecco dans une épicerie italienne ou plus simplement au supermarché, où vous trouverez également les autres ingrédients ! Bonne dégustation.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *