European way of life

Eurotrip en Europe Centrale, jour 2 : Vienne, le marathon Sissi

Un Sissirathon. Loin du qu’en-dira-t-on, le Sissirathon est un marathon viennois entièrement dédié à SissiÉlisabeth de Wittelsbach, célèbre impératrice d’Autriche et reine de Hongrie (1854 – 1898). C’est le programme de mon deuxième jour en la capitale autrichienne.

L'impératrice Élisabeth, par Franz Xaver Winterhalter (1865)

L’impératrice Élisabeth, par Franz Xaver Winterhalter (1865)

Il est possible de visiter les deux grands palais de Vienne, la Hofburg et Schönbrunn en une journée : il faut juste aimer crapahuter marcher et payer des droits d’entrée un peu salés. Renseignez-vous car il existe des billets couplés pour les deux châteaux (« Sisi ticket » par exemple) ; je ne m’en suis personnellement pas rendue compte sur place. J’ai donc pris un billet plein tarif pour la Hofburg (11,50€) et un Classic Pass pour Schönbrunn (18,50€) : un Sissirathon à 30€…

  La Hofburg, résidence impériale d’hiver

Palais de la Hofburg, Vienne, Autriche  © Eurofluence

Palais de la Hofburg, Vienne, Autriche © Eurofluence

La Hofburg est une ville dans la ville ; la résidence impériale d’hiver compte environ 2 600 pièces, réparties sur 18 ailes. Rassurez-vous, seules une vingtaine de pièces sont aujourd’hui ouvertes au public parmi les appartements impériaux. Le Musée de l’argenterie et ses monceaux de vaisselles de tous types dévoilent le luxe de la table impériale et occupent tout d’abord un dédale de pièces qui vous conduiront au Musée Sissi qui fête cette année ses 10 ans.

Palais de la Hofburg, Vienne, Autriche  © Eurofluence

Palais de la Hofburg, Vienne, Autriche © Eurofluence

Ce reliquaire sans mesure occupe six pièces du parcours : vêtements, accessoires de mode, éléments de correspondance, documents du quotidien, tout est ici dédié à la mémoire de l’impératrice jadis détestée des Viennois, à laquelle ils vouent désormais un culte. La scénographie est moderne, quoiqu’assez sombre, et colle en cela parfaitement à la personnalité de l’impératrice.

Détail des appartements impériaux, Palais de la Hofburg, Vienne, Autriche  © Eurofluence

Détail des appartements impériaux, Palais de la Hofburg, Vienne, Autriche © Eurofluence

En revanche, le parcours n’est pas adapté aux groupes, qui processionnent et emprisonnent les visiteurs individuels qui manquent alors de tranquillité pour visiter. La Hofburg est assez sévère, plutôt masculine et nous laisse un peu sur notre faim impériale : on apprécierait un parcours plus riche et plus diversifié qui permettrait de comprendre le mode de vie et le cérémonial curial au-delà du seul règne de François-Joseph, surtout quand on sait que ce palais fut la résidence des Habsbourgs pendant plus de 600 ans.

  L’église des Augustins

Église des Augustins, Vienne, Autriche © Eurofluence

Église des Augustins, Vienne, Autriche © Eurofluence

Sans sortir du périmètre de la Hofburg, n’hésitez pas à faire un crochet par l’église des Augustins (Augustinerkirche), l’ancienne église paroissiale de la famille impériale. Restaurée en style néo-gothique sous le règne de Joseph II (1765 – 1790), on y trouve un petit hôtel latéral installé en 2004 en l’honneur de la béatification de Charles Ier, dernier empereur d’Autriche et « Prince de la paix », et le superbe monument funéraire de l’archiduchesse Marie-Christine, soeur de Marie-Antoinette, chef-d’œuvre néoclassique en marbre de Carrare réalisé au tournant des XVIIIe et XIXe siècle par le vénitien Canova. Franz Schubert y composa par ailleurs une messe.

Monument funéraire de l'archiduchesse Marie-Christine, par Canova, Église des Augustins, Vienne, Autriche © Eurofluence

Monument funéraire de l’archiduchesse Marie-Christine, par Canova, Église des Augustins, Vienne, Autriche © Eurofluence

  Shopping am Graben

Face à la Hofburg, déambulations à travers la très chic avenue du Kohlmarkt, dont certaines enseignes fleurent encore bon la Vienne fin de siècle. C’est le cas de la pâtisserie Demel, autrefois fournisseur officiel de la cour impériale. Étape obligée du Sissirathon, puisque l’impératrice se ravitaillait là en violettes confites, sa confiserie favorite. On peut toujours les acheter, oui, à un rapport quantité – prix qui frise l’indécence.

Les violettes de l'impératrice, en vente chez Demel, photo de http://www.2travelandeat.com/autriche/cafe.demel.html

Les violettes de l’impératrice, en vente chez Demel, photo de http://www.2travelandeat.com/autriche/cafe.demel.html

À l’embranchement du Kohlmarkt et du Tuchlauben, on poursuit sur le Graben, temple du shopping de luxe et des grandes marques internationales.

À l’heure du déjeuner, contournez la cathédrale Saint-Etienne (Stefansdom) jusqu’à la Mozarthaus dans la Domgasse, la maison qu’occupa Mozart en 1784, aujourd’hui musée dédié à la mémoire du compositeur prodige. Le quartier est bien plus calme que les abords grouillants du Stefansdom.

Haas Haus et Stefansdom, Vienne, Autriche © Eurofluence

Haas Haus et Stefansdom, Vienne, Autriche © Eurofluence

C’est le moment d’opter pour une pause déjeuner bien méritée au Mocarello Caffé, découvert par hasard au détour de la promenade !

Café Mocarello, Vienne, Autriche © Café Mocarello

Mocarello Caffé, Vienne, Autriche © Mocarello Caffé

Idéalement situé dans la Wollzeile, le Mocarello Caffé propose des snacks de qualité, faits maison, préparés sous vos yeux. Une ambiance lounge complète une carte aux tonalités healthy servie avec soin et discrétion, au minimum en allemand ou anglais.

Club sandwich au poulet du Café Mocarello, Vienne, Autriche © Eurofluence

Club sandwich au poulet du Mocarello Caffé, Vienne, Autriche © Eurofluence

Une halte parfaite avant l’étape suivante du Sissirathon : Schönbrunn. Empruntez la ligne U4 du métro depuis la Karlsplatz, direction Hütteldorf, arrêt Schönbrunn et suivez la longue transhumance des visiteurs.

  Schönbrunn, résidence impériale d’été

Château de Schönbrunn, Vienne, Autriche © Eurofluence

Château de Schönbrunn, Vienne, Autriche © Eurofluence

Si vous êtes arrivés à Vienne par les airs, vous aurez peut-être aperçu cette résidence impériale d’été qui se voulait le Versailles autrichien. C’est un projet moins ambitieux qui sera finalement retenu à la fin du XVIIe siècle. Ne comparez pas Versailles à Schönbrunn, qui dégage une ambiance plus cosy, plus familiale. 42 pièces sur les 1 441 que compte le château sont ouvertes à la visite, ainsi que les jardins qui donnent à Schönbruun son joli nom de « belle fontaine ».

Tentez l’ascension vers la Gloriette, d’où se dévoile une très belle perspective vers le château, et une vue imprenable sur Vienne. Si le vent ne vous fait pas peur, attardez-vous sur la terrasse de ce bijou néo-classique. Le café qu’elle abrite, en revanche, ne vaut guère l’arrêt par les produits qu’on y propose ; dommage, car le cadre est précieux.

Gloriette du Château de Schönbrunn, Vienne, Autriche © Eurofluence

Gloriette du Château de Schönbrunn, Vienne, Autriche © Eurofluence

Préférez les traditionnels cafés de l’Innere Stadt, comme le célébrissime Café Central, où j’ai choisi de dîner ce soir-là. Mais cela, c’est une autre histoire…

Follow my blog with Bloglovin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *